AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Boogeyman (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

My sweet name is
Damian S. Andersen

Messages postés : 11
Date d'Inscription : 01/04/2011
Etudes : Arts appliqués


More, more wanna know more?
Disponibilité RP: Open
Relationships:

MessageSujet: Boogeyman (libre)   Lun 18 Avr - 5:13

Quoique l'on puisse penser, Damian était un jeune homme qui n'avait pas beaucoup d'estime pour les êtres humains. Ni pour lui-même. Pour lui, personne ne valait réellement la peine d'être connu. Tout n'était que faux semblants, jeu, manipulation, plus ou moins poussée. Il évoluait dans le monde sans en attendre grand chose, et il se demandait toujours ce qu'il faisait ici. Non, pas la grande question philosophique du "pourquoi suis-je ici". C'était bien moins profond. Il ne se sentait juste pas du tout à sa place dans le monde. Ni ici, ni dans n'importe quel pays. Il se sentait trop sensible, et en même temps, il avait cette dureté qui faisait que personne ne venait près de lui. Le ying et le yang. Deux opposés dans un seul et même corps. Le désir d'être apprécié et reconnu, et en même temps, le désir d'être seul, qu'on ne lui parle pas, car pour Damian personne ne pourrait jamais le comprendre. Tout le monde faisait forcémment semblant. Les filles ne s'intéressaient aux autres que pour avoir quelque chose en retour. Et les autres... aucun intérêt. C'était avec sa vision des choses que Damian évoluait dans la vie. Il était à la fois dans une autre dimension, et se sentait pourtant tristement encré sur Terre. Une constante contradiction. Il lui semblait voir le monde d'une façon autre, mais il était incapable de faire partager ça à quiconque. Car en fin de compte, les seules personnes qui lui avaient sincèrement prêtés de l'attention, c'était les psychologues. Mais c'était leur boulot, il n'avait par conséquent rien eu à leur dire. Pourtant, il y avait quelques personnes qui fascinaient Damian au plus haut point. Des personnes qu'il n'avait jamais connu et qu'il ne connaîtrait jamais: ses grands hommes qui ont fait l'histoire. Des pacifistes. Des types qui, littéralement, se sont laissés taper dessus sans jamais broncher. Et Gandhi en faisait partie. Pour Damian, ça, c'était un type qu'il aurait respecté. Qu'il aurait écouté. Quelqu'un comme on en fera jamais plus. Un type qui en avait dans les idées et qui ne se laissait jamais démonter par ce qu'on pouvait lui dire.

C'était pour cette raison que Damian se retrouva là, assis sur un banc à regarder cette statue. Il la trouvait affreuse, ridicule, et complètement kitsh. Mais il était fasciné par le visage représenté. Tant de profondeur dans un visage gravé... Il y avait quelque chose dans les yeux de la statue qui donnait du courage et une envie de faire le tour du monde, de se bouger pour ses idées, ses croyances. Mais Damian n'avait pas le sentiment d'avoir quoi que ce soit à développer. Il se sentait vide. Vraiment vide. Il essayait d'arrêter ses idées quelques secondes pour mieux les comprendre et mieux se connaître. Mais tout allait beaucoup, beaucoup trop vite. Cette incapacité à se concentrer l'énervait au plus haut point, et il se trouvait là, a attendre que quelque chose se passe. Comme si tout pouvait arriver aussi simplement que dans les films. Comme si d'un coup, il aurait "la réponse". Mais la réponse à quoi. A sa vie? Son passé, son futur? Il n'avait pas envie d'être là. Il aurait voulu être chez lui, dans son pays, dans sa chambre, à faire ses propres projets, sans avoir cette multitude d'étudiants dans tous les recoins...

Il avait un projet de photographie à réaliser pour un de ses cours. Photographier des proches et sa vie. Quelle blague. Pourquoi les professeurs avaient toujours cette manie de donner des devoirs complètement idiots ou qui n'avaient rien à voir avec les possibilités des élèves. Il n'avait pas de proches. Et il n'allait certainement pas aller demander à des inconnus de "poser" en photo. Il trouvait ça ridicule. Ca n'avait absolument rien à voir avec l'art. Il ne supportait pas tous les pseudos artistes de sa classe qui ravissaient le professeur en ramenant des photos noir et blanc de leur chat ou de leur petite soeur. Lui voulait faire des choses réelles, fortes, qui voulaient dire quelque chose. Qui marquerait les esprits. Il prit doucement son appareil photo et pointa l'objectif sur la statue. Un clic se fit entendre, et la photo fut prise. Et Damian se dit qu'au fond, cette statue était bien plus représentative de sa vie et de son entourage que tous les portraits de la Terre. Quelque chose de grand, de froid, de mystérieux et en même temps qui semble familier. Quelque chose sans coeur, sans âme... qui ne parlait pas, ni ne montrait aucun signe de sentiments. Il n'allait pas être capable de rendre son devoir, il allait devoir trouver une solution, quelque chose à faire pour ne pas se pointer devant tout le monde en disant "Je n'ai pas d'amis, allez vous faire foutre".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Boogeyman (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♥ Pyaar Impossible ♥ :: Mohandas Karamchand Gandhi School :: L'Extérieur :: Statue de Gandhi-
Sauter vers: